Le cycle des connaissances fondamentales

Ce cycle aborde les bases fondamentales des sciences médicales, biologiques et physiques en lien avec les grands systèmes du vivant et de la santé. L’objectif est de donner à l’étudiant des connaissances scientifiques qui sont indispensables pour conduire une démarche d’analyse.
 
Il doit développer les sensibilités manuelles qui vont permettre de décrire la dysfonction ostéopathique. Un programme éducatif élabore les processus manuels perceptifs et gnosiques.
 
De premiers enseignements pratiques concernent la palpation de base appliquée à l’ostéopathie. L’étudiant découvre la palpation de façon élémentaire. Les informations recherchées sont dans un premier temps simples : apprécier un volume, une forme, une température, une dureté. Des exercices variés sont réalisés en TD : par exemple l’étudiant, yeux bandés délimite dans l’espace les contours d’un cristal de sel pour ensuite en dessiner la représentation.
 
L’enseignant transfert ensuite ces processus dans le travail de repérage anatomique. L’étudiant aura à sa disposition des pièces anatomiques, des travaux pratiques de dissections anatomiques seront réalisés par médecins et chirurgiens enseignants de l’Université Paris V René Descartes, à partir de la deuxième année (Faculté de Médecine) 45, rue des Saints-Pères 75006 PARIS.
 
Cette éducation est complétée par l’examen visuel, morpho-statique et dynamique du patient : l’étudiant analyse, compare les sensations sonores, tactiles et visuelles, bases du futur examen clinique.
 
Il est formé à l’ergonomie, réfléchit à sa posture et celle du patient, travaille sur le centrage du corps pour affiner les perceptions et la précision des prises. Des enseignants ostéopathes de l’EDO sont formés aux sciences de l’éducation, à la prévention des gestes et postures. De nombreux exercices sont effectués, par exemple le test du Bilboquet répété avec succès est un bon indice de contrôle postural.
 
L’approfondissement des matières fondamentales, anatomie, physiologie et biologie amènent l’étudiant à comprendre la dysfonction ostéopathique et à s’interroger sur la variété de ses sensations et perceptions. L’enseignement en Travaux Dirigés se fait par un encadrement de proximité avec un enseignant pour 24 étudiants.
 
L’étudiant progresse vers une palpation plus complexe, vers de nouveaux paramètres, plasticité, tension, densité, introduisant les tests les premières techniques ostéopathiques.
 
Les techniques ostéopathiques enseignées sont conformes à celles recommandées par l’OMS et le décret N°435 relatif aux actes et aux conditions d’exercice de l’ostéopathie : « L’ostéopathe effectue des actes de manipulations et mobilisations non instrumentales, directes et indirectes, non forcées, dans le respect des recommandations de bonnes pratiques établies par la Haute Autorité de Santé ». L’enseignement ne concerne pas les actes interdits qui visent les manipulations gynéco-obstétricales et les touchers pelviens et respecte la réglementation pour sur les actes soumis à diagnostic médical préalable.
 
La lésion fonctionnelle tissulaire est caractérisée par une modification de mobilité des tissus où qu’elle soit dans l’organisme. Le choix est de favoriser dans un premier temps la pratique des techniques fonctionnelles et fasciales. Elles demandent une forte attention, éveillent la sensibilité épicritique discriminative nécessaire pour les techniques structurelles et les tests ostéopathiques.
 
L’acquisition des acuités palpatoires demande du temps, aussi se développeront -telles en TD pendant les 2 premières années. Au cours de ces séances l’enseignant procède de façon didactique : il montre la technique, la renouvelle pour commenter les gestes, marque des temps d’arrêts sur les points importants. Il s’attache à montrer ce qu’il faut faire et non ce qu’il ne faut pas faire. Chaque étudiant reproduit le geste présenté pour se l’approprier en tant que praticien, il est ensuite patient pour mesurer le ressenti et l’effet du geste de son camarade. L’enseignant guide dans l’intégration de la posture et du geste, tient compte des difficultés d’apprentissage, assure la sécurité de l’exécution. Il favorise la participation, l’interactivité des étudiants sur l’aspect technique et le ressenti de la manœuvre. Les techniques apprises en TD feront l’objet d’oraux pratiques (domaine 5).
 
Les étudiants en ostéopathie, comme les étudiants en masso-kinésithérapie, sont soumis sans le savoir, à l’expérience du corps avec toutes ses interactions : altérité, affect, individualisation.
 
Des universitaires en sciences humaines médicales et sociales interviendront dès la première année pour accompagner ces processus selon l’avancée en maturité des promotions.
 
La relation thérapeutique considérée comme un moment privilégié de l’apprentissage sera abordée dès la première année pour être complétée avec les années de vécu pratique clinique.